Ne rien faire est la chose la plus difficile qui soit (ou : Comment pratiquer?)

spiritual-practice-sun-purple

Comment pratiquer?

Cela dépend de quelle pratique. La seule pratique valable est celle qui diminue le niveau de tension. La pratique volontaire peut au contraire être crispation. Il faut donc la pratique juste, celle du relâchement, du laisser-aller, du surrender. Je reviens souvent au « surrender », car il y a dans ce mouvement quelque chose qui est l’essence de la pratique. La pratique juste est l’absence de pratique, puisque c’est l’absence de « faire », c’est donc le mouvement du surrender. Le seul mouvement qu’on ne fait pas.

Il n’y a donc rien à faire, mais ne rien faire est la chose la plus difficile qui soit. Motivés par nos peurs, nous n’arrivons jamais à ne rien faire. Un de ces gros problèmes que l’on rencontre sur le chemin spirituel est la culpabilité. Celle-ci est un poison, elle nous fait tout figer, rigidifier, elle nous fait nous braquer. Le chemin de la croissance spirituelle va de pair avec l’élargissement de la conscience, ce qui nous met face à nous-mêmes et provoque presque toujours ce sentiment de culpabilité, si insidieux. Nous devons donc déraciner cette culpabilité qui nous agite, et cela se fait par l’amour. La culpabilité n’est jamais nécessaire lorsque nous prenons conscience de notre côté obscur. Plutôt que dans la culpabilité, nous pouvons accueillir toute prise de conscience dans l’amour et l’acceptation. L’Univers – puissance supérieure telle qu’on la conçoit – ne nous en veut pas. C’est nous qui nous en voulons, puisque c’est dans cet esprit de culpabilité que nous avons été éduqués.

Il n’y a donc rien à faire, puisque « ne rien faire » c’est enfin aimer tout ce qui est, tel que c’est, ici et maintenant. Quand on y arrive, on tombe dans le courant, car rien n’est fixe, tout est changement. Ce « rien faire » n’est donc pas l’immobilité, c’est l’agir dans le non-agir. L’amour est la seule chose fixe, l’amour est le substrat de tout ce qui est. Dans l’amour, tout le courant coule et nous coulons avec lui, nous ne pouvons rien y faire. Une vague ne peut pas quitter l’eau qui la fait exister. Mais la vague souffre, car elle se croit isolée et dans son isolement elle prend peur. Peur de vivre la souffrance, peur de ne pas vivre le bonheur. Cette peur retournée sur elle-même est l’ego. Il n’y a pas d’ego, il n’y a que de la peur qui s’accroche. Quand on lâche tout, quand on cesse de se battre contre ce qui est, quand on « surrender », on tombe dans l’instant et on peut commencer à vibrer de la seule chose qui est, de l’eau qui est le substrat de toutes les vagues.

L’Univers – puissance supérieure telle qu’on la conçoit – est amour, et il nous aime toujours tels que nous sommes, peu importe ce que l’on fait. Comment l’Amour lui-même ne pourrait-il pas aimer? Nous sommes donc toujours automatiquement pardonnés. En fait, il n’est même pas question de pardon, puisque l’Univers-Amour ne voit pas de faute : il nous aime inconditionnellement d’avance. Il faut donc rejoindre son point de vue et s’aimer tel qu’on est, pour ensuite tout aimer tel que c’est dans l’instant. C’est à cela que ressemble la pratique juste. « Aime et fais ce que tu veux, » écrivait Saint-Augustin. C’est un pari qui peut paraître risqué, de faire ce que l’on veut, mais le « aime » initial prévient tout dénouement négatif, puisque l’amour guérit tout.

 

« Ce court précepte t’est donné une fois pour toutes : Aime et fais ce que tu veux. Si tu te tais, tais-toi par Amour, si tu parles, parle par Amour, si tu corriges, corrige par Amour, si tu pardonnes, pardonne par Amour. Aie au fond du cœur la racine de l’Amour : de cette racine, rien ne peut sortir de mauvais. » 

Saint Augustin d’Hippone (354-430)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :